WWOOFing Australie : le bon plan culture

WWOOFing Australie : le bon plan culture

Le WWOOFing Australie, c’est un truc à faire ! WWOOF, ça veut dire World Wide Opportunities on Organic Farms, et en gros c’est du travail bénévole en ferme biologique contre le gîte et le couvert.

Le WWOOFing en Australie : une bonne manière de plonger au coeur de la culture locale

Nous en faisons actuellement à  Darwin, dans une grande ferme où nous nous occupons d’animaux et de plantes. Nous profitons de paysages magnifiquesrencontrons des locaux et plongeons au cœur de leur culture, nous méditons beaucoup, apprenons sur la vie et sur nous-mêmes.

Comment trouver un job en WWOOFing

Il faut vous rendre sur le site du WWOOFing, et postuler à des offres. C’est vraiment une expérience riche en apprentissage que je vous conseille fortement! C’est possible en Australie mais aussi dans pleins d’autres pays (toute l’info est sur leur site).

Notre programme quotidien à la ferme

Chaque jour, nous avons comme un programme de base, qui est le suivant :

– A 9h pétantes, on commence par nourrir les animaux.

A chacun son type de graines et ses quantités, et dans un certain ordre. 1 moyenne coupelle pour les cochons, une petite coupelle pour les coqs, 3/4 du seau pour les canards, un verre par paon, des légumes et des fruits pour les chèvres, etc.

WOOFing poultry

WWOOFing feeding goats

Il faut également changer leurs bassines d’eau chaque matin et les nettoyer… je peux vous dire que par moment c’est bien dégueulasse surtout chez les canards. Ils boivent leur eau, font leurs besoins dedans, s’y reproduisent, et la re-boivent… enfin je vous assure c’est charmant!

Que de distinction!

À tous ces animaux, on leur donne également du pain, quels chanceux : pains aux olives, aux graines, au fromage, aux lardons, aux oignons, aux raisins secs et j’en passe… des centaines de dollars chaque jour distribués aux animaux les plus gâtés du monde! En fait notre fermier a passé un accord avec Coles (chaîne de supermarché australienne) qui lui refile tous les invendus.

Cela représente de belles quantités et tout le monde est ravi car même nous en consommons une bonne partie, on se régale!

– Vers 10h, nous allons arroser les plantes dans notre serre, que nous avons en grande partie construite de nos propres mains. 

Nous y avons ramené du gravier et creusé des allées, disposé des boîtes que nous avons remplies de terre, terre que nous avons ensuite labourée et arrosée soigneusement avant d’y planter une multitude de fruits et de légumes tels que des tomates, haricots, aubergines, fruits de la passion, rhubarbe, salades, poivrons…

WWOOFing greenhouse

Notre serre faites avec nos petites mains

WWOOFing team

Ces plantes grandissent toutes très vite et en 3 semaines déjà on peut voir pousser nos premières tomates. Trop cool.

Nous avons aussi beaucoup de plantes tropicales à arroser, ce qui nous prend bien une autre heure.

– A partir de 16h30, c’est reparti pour animaux; + plantes, jusqu’à 18h.

– Entre les deux, nos tâches varient pas mal et cela dépend des jours.

Mais en gros, depuis le début on a : arraché des mauvaises herbes dans la propriété, repeint les murs de 2 salles de bains, nettoyé dans la maison, assaini la serre des parasites, aidé à construire les murs d’une nouvelle salle de bain en coupant des bouts de tôle avec une scie-sauteuse, nettoyé une vieille voiture au karcher… 

Nous avons une heure de pause déjeuner. Le fait que les tâches soient variées rend les journées moins longues, car ce n’est pas trop répétitif.

WOOFing building a bathroom

Construction d’une salle de bains

WOOFing painting a caravan

Repeinte d’une caravane

Quelques frayeurs à cause de grosses bêtes… 

WOOFing insects

Sympa, hein?

WWOOFing quad

QUAD ! Yeahhh

C’est bientôt la fin…

Nous en ressortons vraiment grandies et parées pour de nouveaux défis! 

Je clôturerais cet article par une longue citation que j’ai adoré dans un livre, « La bible du grand voyageur ». 

Je trouve que les mots sont très bien choisis et qu’ils reflètent parfaitement mon état d’esprit, et celui de tout globe trotter je crois :

« Il est encore possible de vivre une expérience d’aventure, d’apprentissage et de rencontre à travers son voyage. L’aventure est un état d’esprit où l’on accepte de prendre des risques, de perdre du tempsOn se remet en question à travers les idées des autres. On apprend, on absorbe telle une éponge des images, des sensations, des émotions. On fait face à des problèmes différents, on témoigne de solutions inusitées, ce qui nous amène à être créatif, inspiré. Sur les routes du monde, on rencontre encore des vagabonds, des baroudeurs qui ont embrassé l’errance joueuse du voyage. Il sont de plus en plus nombreux à arrêter le temps, à partir après les études ou à quitter un emploi pour faire un long voyage : un an, deux ans, voire plus. Pour eux, le mouvement est un ralentissement de la course, une échappatoire à la jungle du quotidienIls réapprennent à prendre le temps, à découvrir les gens, les langues, les écosystèmes et les plaisirs les plus simples.« 

A méditer 🙂 à bientôt mes amis

Crédit photo principale : Bonnie Kittle

SaveSave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.