Bilan de ma vie de freelance – trimestre 2

Coucou mes petits chats ! Pfiou. Voilà, mon 2 second trimestre en tant que freelance touche à sa fin. Vous arrivez à y croire, vous, à quel point le temps passe vite? Moi, je n’en reviens pas. Déjà 6 mois que je me suis lancée dans l’autoentreprenariat. 6 MOIS! Alors… même si je n’y crois pas, on est bien fin novembre et voici venu le temps de réaliser mon second bilan de vie de freelance, pour ce second trimestre. Je me suis lancée à mon compte en juin, et avait tiré le bilan pour juin-juillet-août juste ici (du coup n’hésitez pas à le lire ou à le relire si les débuts vous intéressent). Les objectifs de cet article, comme le précédent seront de : 1) faire un bilan personnel sur mes activités des 3 mois passés (septembre – octobre – novembre) en mettant le doigt sur mes points forts, mes points faibles, et en regardant si les objectifs que je m’étais fixée au trimestre précédent ont pu être remplis ; et 2) de remettre tout ça sur un plan plus général (vous, freelances, freelances en devenir, personnes avec des envies futures ou tout simplement personnes intéressées par le sujet) pour essayer de vous donner mes meilleurs conseils. Alors, ce trimestre 2, comment ça s’est passé ?

Bilan de ma vie de freelance – trimestre 2

C’est drôle parce qu’à la relecture de mon précédent article, juste à l’instant, j’ai été partagée par plusieurs ressentis et émotions. Un mélange de « ce trimestre est passé si vite », mais en même temps en relisant mes propres mots, ça me paraît si éloigné aussi. Un mélange de « je suis rassurée de lire mes craintes passées versus où j’en suis à cet instant T », mais aussi de « je ne sais pas de quoi demain est fait ». C’est drôle. C’est typique de la vie de freelance qui débute (ou pas seulement d’ailleurs) : un équilibre permanent entre la satisfaction et la peur au ventre, la sensation d’être « THE KING » par moments et la sensation de ne plus rien savoir à d’autres instants. Up and down. Mais une chose est sûre : c’est exaltant !

Mais oui, en relisant mon article précédent, j’ai un mélange d’émotions et de ressentis. Car depuis, il y en a eu du changement !

Je vous propose comme la dernière fois de procéder par étapes : 1) mes réussites ; 2) ce que j’aurais pu mieux faire ; 3) mes objectifs fixés au trimestre précédent, les ai-je respectés ? ; 4) mes objectifs pour le trimestre suivant et 5) mes meilleurs et humbles conseils à partager avec tous ceux qui sont preneurs d’échange d’expérience sur ce sujet.

C’est parti !

1. Mes réussites

Ce trimestre, j’ai assis mes positions concernant mes clients existants. Ou plutôt un client existant (car j’ai arreté le second projet que j’avais pour des raisons de rentabilité, tout simplement). Ce projet qui était à ses débuts et encore instable au trimestre précédent, est devenu un projet stable dans lequel je me sens à la hauteur et en contrôle de la situation. Mon client est content, me fait confiance et je suis enfin à mon aise. J’ai d’ailleurs vraiment pu prendre confiance en moi ce trimestre et me rendre compte que si je travaille dûr, je n’ai aucune raison de douter de mes compétences : les résultats sont là. Je suis donc beaucoup plus à même aujourd’hui d’écouter mes intuitions et d’aller au delà de la simple éxécution de mes missions. Je suis de plus en plus à l’aise pour proposer des choses qui tirent vers le changement. Naturellement, je me vois être plus proactive, force de proposition, ce qui non seulement fait avancer les projets plus vite, mais qui également pimente encore plus mon quotidien professionnel. Car c’est bien ça qui me passionne : la nouveauté et le challenge ! Parfois, cela marche, et je vous assure que c’est là où vous vous sentez comme « THE KING » (ou plutôt « THE QUEEN » dans mon cas :)), parfois, cela fait un flop’! Là, on se sent moins bien. Mais on apprend à relativiser en se disant qu’aucune innovation ne voit le jour sans 1000 échecs. Qu’on a bien fait d’essayer. Qu’on utilisera ce flop pour affiner la prochaine idée.

Ce trimestre, j’ai réussi à trouver deux nouveaux clients qui ont rendu mon activité de freelance parfaitement pleine et équilibrée. Pas depuis début Septembre, non, mais au moment où je vous parle, c’est le cas. Je travaille aujourd’hui sur trois projets tout aussi passionnants les uns que les autres, tout en gardant un peu de temps pour faire vivre mon blog et les réseaux sociaux qui l’entourent. Et si tout cela perdure dans le temps, j’ai trouvé mon équilibre. Equilibre à la fois sur la diversité des projets, sur le temps passé chaque semaine, mais aussi financier. C’est fou de l’écrire noir sur blanc, tellement j’ai du mal à y croire. Quand j’ai commencé, j’avais peur. Peur de ne pas trouver assez de clients pour gagner ma vie correctement. Peur de devoir accepter des missions pas adaptées car besoin d’argent. Peur de travailler avec des clients pas respectueux, ou mauvais payeurs. Peur de ne plus avoir de temps du tout pour mon blog avec tout ça. Pire encore, peur que ça foire, tout simplement. Et qu’après quelques mois d’essai, je doive me rendre à l’évidence : le freelancing n’est pas pour moi. Mais non, en cette fin de trimestre 2 j’ai trouvé mon parfait équilibre. Le fait de l’écrire noir sur blanc, comme ça, ça me fait presque peur que du coup tout s’arrête. Que ça me porte malheur. Je touche du bois, hihi (j’en ai vraiment touché et c’est un toc que j’ai, à chaque fois que je dis quelque chose de positif, je touche du bois pour éviter que cela m’amène la malchance… C’est bête hein? C’est psychologique mais ça me rassure! Qui fait ça aussi parmi vous?).

Ce trimestre, j’ai un peu plus trouvé mon rythme, et j’ai un peu plus cerné dans quel contexte je suis le plus productive. J’ai effectivement fait beaucoup d’essais, que ce soit en termes d’organisation de mes journées, ou en termes de contexte de travail. J’ai essayé de faire du multitâches (travailler sur tous les projets en même temps) versus de réserver des créneaux dans mon agenda à l’avance pour organiser ma semaine. J’ai essayé les journées hyper concentrées sans pauses ou presque versus des journées ponctuées par des pauses et même une activité extérieure pour me changer les idées. J’ai essayé le travail dans un espace de co-working en ville versus le travail de la maison. Et j’ai un peu plus trouvé mon rythme, j’ai un peu plus cerné dans quel milieu je suis le plus productive. Le résultat de ces essais? 

1) J’ai besoin d’avoir des créneaux définis dans mon agenda à l’avance, et de m’y tenir. Avoir tous mes onglets et boîtes mails ouvert(e)s en même temps me panique au vu des tâches et me paralyse plutôt que de me rendre efficace. Je me planifie donc un agenda à l’avance avec par exemple, une matinée le lundi pour le client 1, l’après-midi client 2, etc. Chaque matin et chaque soir j’ouvre quand même chaque boîte mail pour contrôler qu’il n’y a pas d’urgence (si c’est le cas je la prends bien sûr en priorité).

2) J’ai besoin de faire des pauses régulières pour éviter la surchauffe. Une pause non digitale en milieu de matinée et une en milieu d’après midi (thé, café, câlins au chat, appel maman, copine, etc. pourvu que ça m’éloigne de tout écran), une vraie pause déj (et j’insiste sur le vrai parce que j’avais tendance à déjeuner avec mon portable dans les mains donc pas vraiment en pause) devant une bonne série, dehors, ou avec quelqu’un ; et enfin une sortie dans la journée. Je me suis rendue compte que c’est super important de marcher chaque jour et de faire quelque chose qui aère l’esprit : un footing, une course, aller chercher des colis, aller à la salle de gym, aller prendre un fika avec une copine. Bref vous avez saisi! Comme je travaille de la maison, il est facile de ne pas sortir ou peu pendant plusieurs jours d’afillés. Mauvaise idée : je me retrouve à ne faire que travailler et ce n’est pas sain!

Et enfin 3) Je préfère travailler de la maison. Alors ici c’est super personnel ! Souvent on me demande « Oh la la mais comment tu fais pour pas faire autre chose? Pour te lever le matin? Pour ne pas te sentir seule? ». Je dirais, cela dépend vraiment des gens. Tout simplement. Certaines personnes ne pourraient jamais travailler de chez elles, car elles s’ennuiraient à mourir et ne seraient pas productives. Moi, cela me convient. Je suis hyper productive à la maison, plus qu’en co-working où parfois le bruit des gens qui discutent par exemple me dérange. À la maison, je peux utiliser le temps que je gagne à ne pas prendre les transports pour travailler. À la maison, j’ai tout mon matériel et mes repères. À la maison, je travaille vraiment à mon rythme. Encore une fois, c’est personnel. J’ai essayé les deux, et la vérité est là : je préfère travailler de chez moi. Peut-être que cela vient du fait que pendant des années j’ai été forcée de passer 2 à 3h par jour dans les transports et que je n’en peux tout simplement plus. Peut-être que ça changera avec le temps et que dans 1 an j’aurais besoin de compagnie. Mais pour le moment, cela me convient! J’ai un espace parfaiement aménagé pour travailler à la maison que je laisse le soir lorsque j’ai terminé. Et au niveau social, je me sens équilibrée car les divers événements de networking auxquels j’assiste et mes RDVs hebdomadaires avec mes équipes me suffisent.

Et voilà mes réussites pour ce trimestre ! Je vous avais dit, il s’en est passé des choses ! Passons maintenant à la prochaine partie.

2. Ce que j’aurais pu mieux faire

Ce trimestre, j’aurais pu être plus préparée à négocier mes tarifs et à respecter mon coût horaire. Être freelance, c’est vraiment aussi être commerciale. Et ça, je ne l’avais pas forcément vu venir. Quand tu annonces un prix, très souvent il sera négocié par ton client. Au début, je le prenais mal (« Rohhhh mais quel relou, ce client X!« ), mais non. J’ai compris que c’était le monde du business. C’est comme dans une brocante, si on te dit 5 euros, tu VAS négocier pour 4. C’est pareil. Dans le monde du business il y a les vendeurs, qui tirent le prix vers le haut. Et il y a les acheteurs, qui tirent le prix vers le bas. C’est naturel, et c’est le jeu je l’ai bien compris, en tout cas dans la plupart des cas (oui il existe des clients qui disent oui tout de suite, car le prix leur paraît justifié, tout simplement! Et ô mon dieu, cela fait plaisir quand ça arrive! Je suis moi-même comme ça, à proposer un prix vrai, non stratégique. Donc normalement pas besoin de négocier. Mais bon. On ne peut pas demander à la terre entière de se passer de « ce petit piment des affaires »). Bref. Du coup mon soucis c’est que je suis toujours trop entière et que le tarif que je propose est vraiment mon « vrai » tarif, celui qui est nécessaire pour manger et payer le loyer à la fin de mois. Et je me suis retrouvée dans des positions délicates lorsqu’on m’a négocié ce tarif : plus rentable si j’accepte, pas le courage de dire non non plus. Du coup, ce trimestre, j’aurais pu être plus préparée, tout simplement. Prévoir une petite marge de flexibilité sur mes prix, tout en restant correcte, OU, être plus en confiance et plus ferme.

Ce trimestre, j’aurais pu apprendre à être vraiment OFF en congés. J’ai eu des petits congés depuis Septembre : un weekend à Stockholm, une petite semaine avec mes parents en Suède, et bientôt, j’aurais 8 jours à Noël. Et bien, pendant ces « congés », j’ai quand même travaillé. Le matin tôt, le soir tard, ou pendant des temps morts de la journée, j’ai poursuivi mes projets. C’est bien, car les projets sont naissants donc ce n’est pas le moment des les interrompre non plus. C’est bien, car du coup je n’ai pas perdu d’argent. Mais, dans le futur, il faudra que j’apprenne à prendre de vrais congés. A dire à mes clients : « je serais OFF de telle à telle date et je reprendrais le projet à mon retour si cela vous va ». A accepter de ne pas facturer pendant ces périodes. A prévoir du coup, pour que mes salaires chaque mois couvrent ces périodes non travaillées. Après tout, comme une employée, je devrais m’octroyer mes 5 semaines de congés par an. Pour de vrai. Voilà donc une chose sur laquelle je dois travailler en 2018. Car franchement, personne n’en voudrait à personne de prendre des vacances. Aucun projet ne meure parce qu’il y a une pause à Noël, ou en été. Les vraies pauses sans travail, c’est sain. Et cela prépare à un retour plus productif.

3. Mes objectifs fixés en fin de trimestre 1 : les ai-je respectés ?

Je vais reprendre mot pour mot mes objectifs comme je les avais fixés lors de mon dernier article et je vais leur donner un % d’accomplissement en cette fin de trimestre 2. Cela permettra de « doser » plutôt que de dire OUI ou NON, ce qui n’est pas toujours facile à trancher. Les voici :

  • Stresser moins devant le challenge
  • M’organiser davantage et bloquer un créneau = une tâche dans mon agenda pour booster ma productivité
  • Faire plus de pauses et ne pas dépasser des journées de 8-10 de travail (même en étant passionée le temps libre et le repos sont importants !)
  • Avoir une moyenne salariale équivalente à mon mois d’août sur les mois de septembre – octobre – novembre (ce qui ne me permettra pas de vivre exclusivement de mon salaire mais au moins de ne toucher que très peu à mes économies ce qui serait déjà une belle belle victoire!)
  • Me trouver un troisième client régulier au niveau consulting
  • Avoir en moyenne 3 contrats sponsorisés par mois au niveau blog

Alors, qu’est ce que cela a donné ?

Stresser moins devant le challenge (80%) : je stresse beaucoup moins qu’avant en tout cas j’essaie vraiment. Car je me suis rendue compte que ça ne servait à rien et que souvent cela ne valait pas le coup. J’essaie de prendre les choses avec sérénité, de manière plus posée. J’essaie de me faire confiance. Et j’y arrive beaucoup mieux qu’avant.

M’organiser davantage et bloquer un créneau = une tâche dans mon agenda pour booster ma productivité (100%). Comme je vous le disais j’ai trouvé mon rythme et mon organisation. En tout cas par rapport à ce qui me convient pour l’instant !

Faire plus de pauses et ne pas dépasser des journées de 8-10 de travail, car même en étant passionée le temps libre et le repos sont importants ! (60%). J’ai fait beaucoup d’efforts. Mais je ne suis pas encore parfaite. J’ai tendance à checker mes mails en soirée, le weekend, au milieu d’un film. Comme je vous l’ai dit je ne prends pas de vrais congès. Donc cela pourrait être amélioré. Par contre, je fais plus de pauses. Et ça c’est bien !

Avoir une moyenne salariale équivalente à mon mois d’août sur les mois de septembre – octobre – novembre (70%). Haha, le sujet qui tue : la thune. J’ai réussi à 70% parce que tout simplement mon mois de septembre a été catastrophique (hihi…oops). Du coup il fait chuter la moyenne! Etant en vacances 3 semaines en Août, je n’ai pas assez facturé et du coup Septembre en a payé les pots cassés. Mais c’est le jeu. En revanche, le présent et l’avenir sont positifs (je touche du bois :D) : avec ma situation actuelle, je suis en équilibre financier depuis ce mois de Novembre (je me suis même versé mon vrai premier salaire ! Champagne !). Si tout perdure, je devrais pouvoir vivre de mon entreprise sur la durée et ne plus du tout toucher à mes économies à partir de maintenant. Et ça, c’est formidable (je touche du bois. Haha, oui, j’ai un TOC!). 

Me trouver un troisième client régulier au niveau consulting (100%): fait depuis Novembre :)! Pourvu que cela perdure.

Avoir en moyenne 3 contrats sponsorisés par mois au niveau blog (80%) : globalement, c’est plûtot ça. Le mois de Septembre a aussi fait chuter la moyenne. Puis, c’est un objectif très très aléatoire, car parfois je reçois des propositions de posts sponsorisés mais qui ne m’intéressent pas vraiment. Le but avec le blog n’est pas de réaliser du chiffre à tout prix, mais de parler de choses que j’aime. Donc même si je n’ai pas mon « quota » d’articles ou posts sponsorisés, je m’en fiche. Le principal pour moi est de toujours faire ça avec passion et en restant en accord avec mes valeurs. Du coup, je me rends compte que cet objectif ne faisait pas beaucoup de sens. Cela me va tout aussi bien de faire moins, mais mieux, en vous proposant des choses les plus originales possibles et tout en prenant soin de soit faire partie de campagnes qui m’inspirent, soit de créer du contenu en accord avec mon univers et sur des marques/produits/services qui ont vraiment le mérite d’être partagé(e)s de manière créative. Je continue également à produire beaucoup de contenu non sponsorisé, simplement dans la continuité de ma ligne éditoriale et pour partager mes bons plans et bonnes choses du quotidien avec vous (d’ailleurs vous avez lu l’article sur les bonnes choses du mois de novembre?).

Et voilà, donc si on fait la moyenne j’ai rempli mes objectifs à 82%. J’en suis satisfaite (Yeahhh) !

4. Mes objectifs pour le trimestre 3

Alors du coup, si on reprend les choses que j’ai le moins réussi ce trimestre + les objectifs pas pleinement remplis du trimestre dernier cela nous donne :

  • Être plus prépareé au monde du business, à la négociation des tarifs et/ou à être plus ferme sur mon coût horaire. Être un peu commerciale fait partie de mon métier, et il faut que je m’y habitue. Je dois devenir plus ferme pour éviter que les négociations me nuisent, tout en restant juste.
  • Apprendre à être OFF pour de vrai. Prendre de vrais weekends, de vrais congés, à hauteur de 5 semaines / an comme un employé. Ne plus me garder « 2h pour travailler tôt le matin » même pendant les vacances. Ce changement est sain, normal et nécessaire.

Auxquels je rajouterai :

  • Péréniser mes projets. Comme je vous le disais je travaille sur des projets passionnants. A moi de tout faire pour être efficace et utile pour l’entreprise à la source de chaque projet, pour que ceux-ci durent dans le temps.

FOILA! On verra bien ce que ça donne fin février :). Wish me luck !

5. Mes conseils à emporter vec vous

Bon. Je n’ose pas le dire (je touche du bois.. HAAAAA le toc bon j’arrête !)… mais je trouve que ce trimestre a été globalement positif! Je n’en reviens pas, mais, apparemment, ça marche ! J’ai bien fait de me lancer, car ma petite société tourne ! Quel bonheur ! Du coup, vraiment, moi qui avait si peur au moment de me lancer, si j’ai un conseil à vous donner c’est :

Si la flamme de l’entreprenariat brûle en vous, et que vous ne l’avez pas encore fait, lancez vous ! Vraiment ! C’est un magnifique projet de vie, qui certes ne convient pas à toutes les personnalités. Mais si vous lisez cet article, c’est que peut-être, soit vous êtes déjà à votre compte (auquel cas je prêche des convaincu(e)s et vous pouvez vous passer de ce conseil) soit au fond de vous, vous en avez l’envie. Une idée, un projet, une envie de changement. Et bien mes chers amis, foncez! Donnez tout ce que vous avez en vous, et essayez. C’est une belle aventure ! Si j’y suis arrivée, vous le pouvez aussi ! Pour celles et ceux d’entre vous qui me lisent sans envie d’entreprendre, c’est bien aussi. Encore une fois c’est un mode de vie spécial et tout le monde n’aime pas, ce que je comprends tout à fait. J’espère par contre que cet article vous aura diverti et aura pu vous montrer un peu à quoi cette vie ressemble. Car vraiment, j’adore échanger sur le sujet.

Croyez en vous et en vos qualifications. « Le syndrôme de l’imposteur »… en faisant des recherches sur mes ressentis sur le web voici ce que j’ai trouvé. Un syndrôme typique du freelance. L’impresion d’être un « imposteur », pas à sa place, qui ne sait pas assez bien faire ou qui facture trop cher. FAUX ! Si vous entreprenez quelque chose c’est que vous savez ! Sinon vous n’en seriez pas là où vous êtes : par exemple, avoir tout quitté sur le point de vous lancer ou envie de le faire ; ou venant de signer votre premier projet dans une thématique X. Dans le premier cas si vous avez tout quitté ou envie de le faire, c’est que vous y avez réfléchi longuement et que vous avez vos raisons. Dans le second cas, si votre client vous a choisi c’est parce que vous êtes qualifié. Essayez de toujours vous respecter et vous faire confiance. Vous avez de la valeur. Vous ne pouvez pas TOUT savoir certes, mais vous êtes à votre place. Vous êtes adaptables et débrouillard(e)s, et vous pouvez vous accomoder de toute nouvelle situation. C’est ça, votre esprit d’entreprendre !

 


 

Sur ce… mes petits chats… je crois que j’en ai déjà beaucoup dit et je vais m’arrêter là. Je ne veux pas vous noyer dans trop de mots. J’espère donc que ce second article à coeur ouvert et transparent sur mon 2nd trimestre de vie de freelance vous aura plu, éclairé, inspiré, motivé, rassuré… ou je ne sais guère quoi d’autre. J’espère que vous en aurez apprécié la lecture et que vous aurez la sensation d’avoir bien utilisé vos 5-10 dernières minutes, tout simplement :).

N’hésitez surtout pas à me faire part de vos réactions ou questions, ou de me parler de VOTRE expérience, de VOS envies en commentaires. Le but de tout cela est d’échanger, alors s’il vous plaît, laissez vous aller ! Hihihi. Je vous fais pleins de gros bisous et vous souhaite une très belle fin de semaine. Je vous retrouve fin février pour le bilan du trimestre 3. Et cela viendra plus vite qu’on ne le croit !

BISES. AND KEEP SHINING! YOU ROCK !

*Et vous, c’est quoi votre expérience de freelance ? Ou vos envies ? *

* Ou juste un p’tit mot 🙂 *

C'est comment la vie de freelance? Faisons le bilan!

 

You may also like

22 commentaires

  1. Eh bien ! Je l’attendais avec impatience et je peux te dire que ça me motive fois 1000 !! Mon blog redémarre dès demain et si tout va bien j’ouvre ma boutique en ligne dès janvier ! Je reste pour le moment salariée (maison à payer haha) mais le but est également que je puisse en vivre sur le long terme. Je te rejoins sur plusieurs points, notamment le travail à la maison. Je suis arrêtée depuis un mois maintenant pour une blessure au genou et du coup j’ai pu bosser à fond sur mon projet (c’était ça ou me taper la tête dans les murs par ennuie mdr) Et je me sens tellement bien depuis. Je n’ai aucun soucis à me lever tôt (entre 7h et 8h), à bosser tranquillement dans mon bureau, à me fixer des objectifs journaliers, bref je m’éclate et ça, ça fait un bien fou au moral (qui clairement en a prit un coup avec cette foutu blessure). Donc je te comprends parfaitement et j’espère pouvoir moi aussi un jour dire « j’ai réussi et j’avance dans ma passion ». Ton article est une source d’inspiration et de motivation ! Je te souhaite vraiment tout le meilleur et j’espère que tout fonctionnera pour toi encore loooooongtemps ! 🙂
    Ah et le fait de toucher du bois, je fais pareil 😉 lol
    Des bisous ma belle !

    1. Oh merci ma jolie pour ce long et adorable commentaire <3 Cela me fait trop plaisir !
      Et vraiment contente que mon article ait pu te booster ! Victoire de mon côté hihi :))
      Je te souhaite toute la réussite du monde pour ta boutique! Tu vas vendre quoi?
      Et c'est une bonne idée de le faire petit à petit pour ne pas prendre trop de risques, tu verras bien comment cela évolue mais j'espère sincèrement pour toi que cela pourra devenir ton activité principale <3
      J'espère que ton genou ira très vite mieux aussi ! Ma maman se l'est fracturé et je sais à quel point ce n'est pas marrant... et long à se remettre! Allez, tout va être nikel en 2018 je le sens 😀 (touchons du bois... hihihi... sacré TOC hein!)
      Bisous

  2. Je reconnais beaucoup ma vie d’avant Paris haha
    Je travaille depuis la maison (mon papa est à son compte) tous les matins et j’allais marcher l’après-midi, voir une copine, bosser sur le blog.
    Mon papa fait comme toi en vacances, il prend toujours son ordinateur et il travaille tôt le matin et tard le soir. Je crois que quand tu travailles pour toi, quand c’est le fruit de tes efforts réels qui paye ton loyer, quand tu as un « bébé » (ici l’entreprise) tu ne peux pas vraiment compter tes heures. En tout cas, mon papa est à son compte depuis presque 20 ans et il ne les compte pas 😉

    Je te souhaite encore plein de réussite, tu sembles avoir trouvé le bon équilibre <3

    Gros bisous ma belle
    Pauline
    http://confidencesduneblonde.com

    1. Oui c’est super important une petite sortie par jour ! 🙂
      C’est cool que ton papa soit à son compte… et oui je crois bien que je ne suis pas la seule. Comme tu dis quand c’est notre bébé on a tendance à ne pas compter ! Et c’est normal !
      Après j’essaie quand même de me poser mes propres limites pour rester productive et motivée et pour ne pas me griller le cerveau hihi!
      En tout cas c’est encourageant qu’il fasse cela depuis 20 ans ! Pourvu que je puisse le tenir aussi longtemps 🙂 Je me sens bien comme ça. Et puis mon papa aussi a été à son compte pendant 17 ans, mon frère l’est… fin du coup l’entreprenariat c’est un peu de famille aussi!
      A quand TON entreprise? Hihi!
      Bisous ma puce et merci !

  3. Un seul truc à dire : CONTINUE !
    Ne laisse rien ni personne te décourager dans cette si belle lancée ! 🙂

    Et tu sais que je ne suis pas loin si besoin 😉

  4. Alors deux choses : d’abord, j’adore la petite neige qui tombe sur ton blog, c’est trop joli ! <3
    Et ensuite, je te tire mon chapeau bas, parce qu'avec ton blog et en plus ton activité de freelance, tu dois avoir une charge de travail absolument phénoménale. J'espère juste que tu réussiras comme tu le dis si bien à prendre vraiment des jours de repos complets et des vacances, car ta santé est essentielle aussi ! Bref, tu forces l'admiration et toujours avec le sourire et une bonne humeur incroyable. Bravo Aurélie, tu peux être fière de toi et de tes projets !
    Je ne te souhaite que le meilleur pour les prochaines aventures à venir ! Gros bisous !

    1. Haha merci <3 ce n'est visible que sur ordi c'est dommage mais j'aimais beaucoup de petit côté hiver !
      Et pour ce qui est du reste de ton commentaire, rolala, mais merci ma belle <3 Ces mots font trop plaisir !
      C'est vrai que c'est beaucoup de boulot mais vu que c'est pour mon entreprise, mon "bébé", cela ne se ressent pas trop!
      Je te fais pleins de bisous et encore merci pour tes bonnes ondes!

  5. Bravo Aurélie vraiment. …. c’est super… je suis vraiment heureuse pour toi que tu ais trouvé ton équilibre dans cette voie qu’est le free-lance.

  6. Hello ma belle !
    Très intéressant ce nouveau point d’étape 🙂 Se lancer, trouver de premiers clients, ces choses prennent du temps mais tu t’installeras de plus en plus dans cette nouvelle vie. Je suis contente de voir que tu t’y plais tant, que cela correspond vraiment à ton projet de vie. Prends soin de toi car comme tu le dis, quand on est passionné, on a tendance à en faire beaucoup… ce beaucoup étant la normalité ! Il ne faut pas oublier la santé, car c’est elle qui te permettra de réaliser les plus belles choses !

    Sur ces paroles, je te souhaite une très belle nouvelle journée dans ta vie de freelance 🙂

    1. Merci ma puce, ce commentaire me fait très plaisir <3
      C'est vrai que tout cela me correspond beaucoup et tout comme toi cette année aura été décisive dans ma vie ! Que du positif !
      Après, on peut toujours travailler sur certains points, et oui, moi, ce sera ne pas oublier que même passionnée, on a le droit de s'arrêter. C'est sain, et c'est nécessaire!
      Gros bisous doux

  7. Clairement, tu vis une meilleure expérience que moi et c’est beaucoup plus fait pour toi je pense, tu as su te motiver et trouver tes clients rapidement. Moi ça m’a pris trop de temps pour me rendre compte que je n’étais pas clairement à ma place et que c’est pour ça que j’avais du mal à prendre vraiment mon envol 🙂 Il vaut mieux tard que jamais, mais du coup pour ma nouvelle activité tes conseils me seront précieux !

    1. Comme tu dis, mieux vaut tard que jamais… il n’y a pas de rythme, de façon correctes pour faire les choses. Chacun son expérience ! J’espère que ta nouvelle activité va bien démarrer <3 Et avec tous les beaux projets de vie que tu as, je sens pleins de belles choses arriver pour toi!
      You rock !
      Bisous bisous

  8. Coucou ma douce, ton article est très motivant et tu es une vraie bosseuse! C’est très important de se sentir bien dans ce que l’on fait et c’est super. Je suis heureuse pour toi et te souhaite que du bonheur pour la suite. Penses à te reposer afin de ménager ta santé ma douce, car ça te fais beaucoup de travail, ton activité et ton blog! Gros bisous

    1. Merci mille fois pour ton adorable commentaire <3 Oui, je suis heureuse d'avoir trouvé cette voie dans laquelle je m'épanouis tant ! En tout cas oui, t'en fais pas, je me ménage. Dans tous les cas même dans les moments de stress, cela reste mieux que ce que je faisais avant, ça c'est sûr ! C'est un bonheur de stresser pour "soi", pour "son entreprise"! Mais tu as raison, le fait d'être passionnée n'excuse pas tout. Et il faut savoir se ménager tout de même <3
      J'espère que toi aussi tu es épanouie dans ta vie pro ma douce. Mais connaissant ton attrait pour le bien-être et ta capacité à réfléchir sur ces choses, j'en suis convaincue!
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*